Cavités classiques
Les cavités classiques sont des cavités équipées au niveau amarrages (broche). Elles sont "grand public spéléo".
Liste des cavités classiques du secteur
Statistiques du secteur
129 entrées
120 cavités
3 communes couvertes
23 347 m de galeries
56 documents
Dernières mises à jour
30/10 CHARACOU INF * LE 45
30/09 PETITS CHOUCAS * LE
29/09 Touya de Liet
29/09 Souffleur de Liet
25/09 PERMAYOU * LE 99
25/09 Niagara
17/09 YOGOM * LE 167
02/09 ML5
02/09 ML4
02/09 ML1
02/09 ML3
02/09 ML2
01/09 ML5
07/06 Garcas (Hosse de las)
25/10 Arbris (deth Caillau)
09/06 Emeraude
09/06 Ambroise (gouffre)
09/06 Tasque de Liet
26/05 Cambou de Liard
18/7 Troisieme
18/7 Oublie (porche)
18/07 Oublie (porche)
18/07 Troisieme
13/07 ESB136 (gouffre)
13/07 LA114 (gouffre)
14/03 Resurgence des Fees
14/03 Résurgence des Fées
14/03 Fées 2
01/03 LE265 * LE 265
01/03 LE265 * LE 265
Secteur Iseye (Pyrénées Atlantiques)
Informations

Situation: Pyrénécs Allantiqucs (France): Accous. Laruns.

Superfcie: 10 km² environ.

Altitude maxi: 2344 m (pics de la Ténébre et du Permayou).

             mini: 452 m (Trou des Fées).

Principaux cours d'eau: La Berthe (Aspe) et le Bitet (Ossau).

Principaux faciés karstifiés: Calcaire et caleschiste du flysch campanien, calcaire et dolomie du Santonien, calcaire du Turonien, calcaire et schistes du Cénomanien.

Structure: Monoclinale : "pli couché des Eaux-Chaudes".

Dispositifs hydrogéologiques: Dalles inclinées do 40° à 70° en transgressions sur le Paléozoïque (Dévonien supérieur) imperméable.

Cavités principales: Gouffre du Cambou de Liard n° 2 (- 926 m), réseau Touya de Liet (-917 m), réseau du Krakoukas (-807 m), gouffre de la Consolation (-711 m), trou Yogom (-481 m), gouffre de la cabane d'Ambroise (-479 m), Trou souf?eur de Liet (-404 m).

Emergences principales: Trou des Fées (Aspe, 452 m) et Arrcc deus Anis (Ossau, 1050 à 1110 m).

Source : Quarantenaire de la SSPPO 1952-1992

 

Géographie

Le massif d'Iseye se touve à 40 km au SSW de Pau, dans le chaînon NS qui descend de la frontière espagnole, entre les vallées d'Aspe et d'Ossau. Un abaissement du chaînon au col d'Iseye (1829m) est un passage très fréquenté par les randonneurs entre les deux vallées.

Par des vallons transversaux sensiblement EW (la Berthe et le Bitet) il relie Accous (450m) en vallée d'Aspe et Miègebat (750m) en vallée d'Ossau. Une bande calcaire de 10 km de long sur 1.5 km de large borde au Sud ces deux vallons,

constituant le karst d'Iseye.

Le lapiaz de Liet au Sud, au Sud-Est du col d'Iseye côté Ossau, est dominé par le pic de la Ténèbre et Permayou (tous deux culminant à 2344m). Le lapiaz de Liard, au Sud du col côté Aspe, est coincé entre le Permayou et le Ronglet (2180m).Ces lapiaz sont situés dans deux cirques glaciaires.

 

Source : Quarantenaire de la SSPPO 1952-1992

Karstologie

Principaux faciès kalcifiés : Calcaire et calcshiste du flysh campanien, calcaire et dolimie du Santonien, calcaire du Turonien, calcaire et schiste du Cénomanien.

Le karst d'Iseye est la terminaison occidentale du pli couché des Eaux-Chaudes. ll se développe dans des calcaires du Cré tacé supérieur.

Stratigraphie
Sur les terrains imperméables paléozoïques (schistes, grès, quartzite du Dévonien supérieur et du Carbonifère) ou granitiques, repose en transgression, cette lame calcaire de 250 mètres d'épaisseur environ, constituée de différentes couches.
Les épaisseurs données en mètres ci-dessous sont celles mesurées dans la région du Permayou.
Selon la nature des roches rencontrées, les techniques de progression diffèrent. Dans les calcaires gréseux violets, l'adhérence est très bonne mais les cordes doivent être protégées des frottements. Dans la dolomie, le sable use les descendeurs très rapidement.
La couche de dolomie constitue un niveau imperméable, une centaine de mètres au-dessus du Paléozoïque. Les toboggans typiques du Touya et de las Tasques se développent à son contact.

Tectoníque
Reposant sur le Paleozoïquc et le granite, les calcaires constituent Ia couverture autochtone de la partie Sud du synclinal des Eaux-Chaudes. Elle est inclinée vers le Nord selon un pendage très fort (90°) dans la partie basse du synclinal (le trou des Fées à Accous); vers 1800 mètres il passe à 50-60° (lapiaz de Liet et de Liard). et s'atténue à 2300 mètres (35° au Permayou et a la Ténèbre). ll est très faible sur le granite des Eaux-Chaudes qui n'a pas rejoué lors des plissements pyrénéens.
Le flanc Sud du synclinal est chevauche au Nord, le long d'un accident passant par Accous, le col d'Iseye, le flanc Sud du Bouerzy (le Trias ayant joué le rôle de lubrifiant) par deux unités :
- celle du massif paléozoïquc du bois de la Traillère, surmontée par les synclinaux perches du Crétacé inférieur du Bergons ct de la Marrère, chevauchant de plus la deuxième unité.
- celle du pli couché du Bouerzy comportant, en succession inverse, le Crétacé supérieur (allo-chtone) et le Paléozoïque poussés vers le Sud sur le Crétacé autochtone. Cette unité constitue lc prolongement des plis couchés multiples du massif de Ger.
Les deux lapiaz sont hachés de failles de direction N 25°, surtout à Lict, formant les parois Nord-Est du Permayou et celles dc la Ténèbre. La plus visible, 50 mètres à l'Est du Touya, décale les couches de plus de 20 mètres sur la surface du lapiaz. En profondeur. ces failles forment des puits allongés. le long desquelles l'eau descend des compartiments Ouest vers les compartinients Est.
Des f ailles. de direction N 65°, coupent la partie Sud-Est des deux cirques de Limd (alignement des parties terminales de la Consolation) et du Lict (grand axe du système des Hors).
De nombreuses autres familles de fractures existent.

Quarantenaire de la SSPPO 1952-1992
Hydrologie

Les pluies et la fonte des neiges alimentent des écoulements aériens et souterrains.

Les cirques

En hautes eaux, pendant quelques jours (juin - juillet), tous les cirques, malgré des pertes notables sur calcaire.,envoient de l'eau jusqu'aux vallées, L'écoulemenl étant très rapide sur dalles très inclinées. Puis les ruisseaux deviennent temporaires et en fin de saison. sauf pluie violente. toute l'eau s'infiltre dans les alluvions des Cambous, ou dans quelques pertes. Les névés accumulés dans les gouffres fondent lentement et alimentent de manière continue les réseaux souterrains, aidés par les orages d'été.
La perte d'Isabe est totale en toute saison.

Dans la vallée de la Berthe

- résurgence de Liard et d'une partie de Liet : la Fontaine de Lespugna (710m) et la source sous le trou des Fées (452m)

Dans la vallée du Bitet

- La source de Characou. La résurgence de l'Arrec deus Anis, rive droite du Bitet sont alimentés par Liet et la perte d'Isabe. Sous le hameu de Goust jaillit la cascade du pont d'enfer qui pourrait être une sortie du massif d'Iseye.

Quarantenaire de la SSPPO 1952-1992
Historique

Certaines cavité sont signalées dès le début du 20ième siècle

Les explorations commencent en 1961 avec la SSPPO mais s'intensifient à partir de 1970 avec l'entrée en scène d'autres clubs à partir de 1973 : SGCAF (Grenoble) et CDS Ardèche.

1974 à 1979, arrivée d'autres clubs.Le GSHP (Tarbais, belges, polonais) puis, après de grosses découvertes la fréquentation diminue.

1984-1985 : le SGCAF poursuit encore les explorations avec succès, puis le massif est définitivement abandonné. Pourtant, il reste beaucoup à découvrir.

Documents

Auteur Date Document
{{doc.auteur}} {{doc.date}} {{doc.titre}}
KML PDF Autre {{doc.description}}
{{doc.description}}

Nous contacter Karsteau 4.1